vendredi 23 juin 2017

TROIS POEMES D'ARNAUD MARTIN (Verso n°169)



Ce sang entre mes jambes
L’innommé qui se crie


Au seuil d’un sexe
Qui donne la mort


L’avènement de l’autre


*


Par le bris du miroir
J’ai construit mon corps


Je l’ai dressé


Par mon œil
Je suis sorti de ta gangue


*


Mort-né


Je suis au monde
Un homme devenu


Non pas
Par les mots de l’enfant


Mais par la perte

1 commentaire: